AAD : de plus en plus de demandes, de moins en moins de professionnelles pour y répondre …

La situation devient difficile : le nombre de femmes qui portent le projet d’accoucher à domicile est en constante augmentation, (cf l’enquête de l’IFOP de début d’année), et le nombre de professionnelles qui acceptent d’y répondre est en diminution du fait des multiples pressions négatives qu’elles subissent mais aussi de l’obligation vaccinale qui leur est faite pour continuer d’exercer.

Les refus d’AAD sont donc de plus en plus nombreux, laissant les femmes sans autre solution que de retourner vers les structures, ce qu’elles ne voulaient pas, ou d’accoucher seules chez elles avec tous les risques que cela peut comporter. (déjà plus de 500 témoignages sur le googleform depuis début janvier) et l’équivalent de 1 demande par jour sur notre messagerie pour trouver une sage-femme à proximité !

Nous invitons les femmes qui souhaitent un AAD à contacter toutes les sages-femmes libérales dont le cabinet est à proximité de chez elles. L’augmentation de la demande des femmes doit apparaitre de plus en plus évidente à toute la profession, et cela peut au moins susciter des questionnements, et parfois, nous le constatons, de nouvelles vocations. Les conditions d’exercice du métier en structure, dénoncées depuis des années, qui ont suscité plusieurs grèves (« une femme une sage-femme ») peuvent amener les professionnelles à s’intéresser à l’AAD, d’autant plus que l’APAAD a produit des documents d’aide à l’installation et un accompagnement (formations spécifiques, groupes de pairs, cellule d’écoute …)

La petite centaine de sages-femmes qui accompagnent les accouchements à domicile ne peut suffire à faire évoluer les mentalités et surtout les contraintes administratives (problème d’absence d’assurance RCP particulièrement). Ce sont les femmes elles-mêmes qui, par leur nombre très important, peuvent faire pression … individuellement, et collectivement (le CDAAD, Collectif de Défense de l’AAD, rassemble les femmes et mène ce combat : rejoignez les en adhérant à partir de 1 euro, en proposant votre implication dans l’association … )