Actualités

SMAR 2020 Semaine Mondiale de l’Accouchement Respecté

dont le thème de l’année est « mon choix se doit d’être respecté »

Pour l’occasion l’APAAD a rassemblé des témoignages photos qui expriment la joie et la profondeur de la décision des femmes de choisir l’accouchement accompagné à domicile … attention, sur un rythme musical dynamique, entrez quelques instants au domicile de ces femmes qui y ont mis au monde leur bébé : lien vers le visuel

Covid … liberté

Certains disent de cette crise :    retour à l’essentiel, retour à soi-même, se contenter de peu, éveil de la créativité, la nature reprend ses droits, elle respire enfin à nouveau ! Un autre avenir est possible, Ce ne sera plus jamais pareil, les consciences s’éveillent … certains ont même rêvé que l’accouchement à domicile pourrait enfin trouver sa place au sein du système de santé français … lire la suite !

Témoignage d’une sage-femme AAD au temps du COVID-19

AAD en temps de pandémie, ou l’amour au temps du corona !

Mon accompagnement des naissances à domicile prend encore plus son sens en ces temps particuliers de confinement.

« Restez chez vous ! » clament ils partout !

Alors elles restent chez elles !

Certaines avaient déjà ce projet en cours, pour d’autres la situation a provoqué un déclic.

Celles qui ont demandé très vite, en dernière minute, par peur du risque de contamination à l’hôpital ou de l’absence possible de leur conjoint, n’ont pour la plupart pas persévéré dans leur projet.

Voilà ce que j’ai pu observer.

Il est certain que l’AAD doit être un vrai projet, à fortiori pour le domicile et non pas contre l’hôpital.

De mon côté j’ai accepté 2 naissances supplémentaires pour des couples qui étaient dans une demande de physiologie et mûrs pour franchir le pas vers le domicile.

Il a fallu que le corona nous mette au pas pour passer le cap.

Avec l’évidence de se protéger efficacement en restant confiné au domicile, à l’abri du vilain virus.

Avec la certitude pour le couple de ne pas être séparés.

Avec la certitude pour la femme d’avoir présence et soutien de son homme, son point d’appui principal, après elle même.

Avec les prérequis d’un dossier médical favorable, et quelques rdv pour se connaître,s’accorder, accorder la confiance mutuelle.

Et il y a 2 jours, j’ai eu la chance d’accompagner Alice, pour son 2e bébé et le 2e accouchement avec moi.

Masquée, gantée, en blouse d’hôpital, certes ! Réadaptation sanitaire oblige !

Silence absolu dans la ville confinée et figée. Quelque chose d’irréel flotte…

Silence dans la maison, pas de musique, juste quelques souffles, quelques râles.

Etre juste gardienne de l’espace, permettre par le silence et le calme une validation tacite de sa capacité à enfanter, des ressources de son corps qui l’ont si merveilleusement guidée.

Proposer de « souffler le col », entendre qu’elle sent l’ouverture !

Comprendre ce qui se passe dans son corps par tous les petits changements qui s’imposent à elle, postures et sons. Il s’engage, il descend, il se rapproche à pas feutrés. Elle semble à peine avoir mal.

Silence, entrecoupé de quelques grondements de tonnerre. Certes le ciel était là !

Car par cette chaude après midi d’avril 2020, l’orage aussi était au rdv.

Puis elle le sent, elle monte un genou, elle met sa main, l’accueille au creux, il glisse d’elle comme une plume, dans une douceur infinie et un presque silence…

Certes en ces temps de peurs et d’incertitude, l’AAD est une certitude, aussi pour la raison essentielle que le monde a plus que jamais besoin de magie et d’amour ! De femmes puissantes et d’instinct de vie !

E.O, sage-femme

Fiche pratique AAD pendant l’épidémie de COVID-19

Comme le rappelle le Collège National des Sages-Femmes :
« L’hôpital est considéré comme un Cluster de Covid-19 et l’objectif est d’avoir le moins de patient.e.s qui rentrent dans ce Cluster, et qu’à défaut ils/elles y restent le moins longtemps possible, pour éviter les disséminations » (1). 

 L’International Confederation of Midwives en ce sens déclare que : 
« Dans les pays où les systèmes de santé peuvent prendre en charge l’accouchement à domicile, les femmes en bonne santé, qui vivent une grossesse normale et avec le soutien de sages-femmes qualifiées bénéficiant d’un équipement d’urgence approprié, peuvent accoucher en toute sécurité à domicile ou dans un service de maternité primaire/centre de naissances, plutôt que dans un hôpital, où il peut y avoir de nombreux patients (même des patients hors maternité) avec le covid-19 » (2).

Aussi, l’association APAAD vous propose une fiche pratique pour l’organisation des AAD par les sages-femmes qui y sont habituées et dans le cadre d’un suivi adapté à ce type de projet.
le lien vers la fiche pratique : téléchargement

1. CNOSF
2. ICM

Le Domicile : lieu le plus sécure pour enfanter en période d’épidémie ?

Dans les pays où les systèmes de santé peuvent prendre en charge l’accouchement à domicile, les femmes en bonne santé qui vivent une grossesse normale et avec le soutien de sages-femmes qualifiées, avec un équipement d’urgence approprié, peuvent être plus en sécurité lors d’un accouchement à domicile ou dans une maison de naissance que dans un hôpital où il peut y avoir de nombreux patients (même les patients non maternité) avec Covid-19. »

Selon International Confederation of Midwives :

En France, de nombreuses régions ont encore des services de secours non ralentis et sont en mesure d’offrir des AAD.

Pour les régions où les secours sont débordés, une réflexion pourrait avoir lieu sur une façon de maintenir l’offre avec des procédures d’appels prioritaires aux SAMU.

L’offre pourrait même être élargie. Mais cela ne pourra se faire sans intervention des autorités locales et/ou nationales et sans une demande claire des familles.


Nous saluons aussi nos collègues des Maisons de Naissance françaises qui ont pu augmenter leur capacité d’accueil durant l’épidémie pour offrir aux familles des lieux à la fois sécures et humanistes, dans la lignée du positionnement de l ICM.

Vous pouvez lire l’intégralité de la déclaration de l’ICM ici

ACCOUCHEMENT À DOMICILE DANS LE CADRE DE L’ÉPIDÉMIE COVID-19 :

Note d’Information à destination des professionnels et des familles

L’Association Professionnelle de l’Accouchement Accompagné à Domicile (APAAD) et l’Association Nationale des Sages-Femmes Libérale (ANSFL) souhaitent, dans ce contexte de crise sanitaire, apporter leur soutien aux familles s’apprêtant à accueillir un enfant dans des conditions anxiogènes. Elle a également une pensée particulière envers les équipes hospitalières confrontées à de nombreuses difficultés au sujet de l’organisation du suivi des femmes enceintes, de l’accouchement et du suivi post-natal.

Nous avons été alertés sur le fait que la plupart des sages-femmes libérales, accompagnant ou non des accouchements à domicile (AAD), sont sollicitées bien plus largement que d’habitude pour des demandes d’AAD de femmes à terme dans un délai proche. 

Comment réagir à l’augmentation exponentielle des demandes ?

Nous rappelons que la sécurité de l’Accouchement Accompagné à Domicile (AAD) est basée en grande partie sur le suivi global, la sélection anténatale rigoureuse des patientes, la connaissance fine des besoins émotionnels de chaque femme. Dans le contexte actuel, nous ne pouvons répondre de façon sécuritaire à toutes les  demandes notamment si  le délai avant l’accouchement est court et ne permet, ni suivi adéquat, ni une préparation à la naissance adaptée. Nous appelons donc à la vigilance des sages-femmes mais invitons également les familles à une réflexion approfondie sur leurs motivations et leurs besoins.

Pendant cette période d’imprévisibilité entourant la pandémie mondiale de COVID-19, de nombreuses femmes enceintes ressentent une anxiété compréhensible sur ce à quoi ressemblera l’accouchement. Nous nous adressons en particulier aux familles qui envisagent un AAD du fait de l’interdiction des personnes accompagnantes dans les maternités et de la limitation de leur projet de naissance. Cette mesure tend à s’assouplir.  L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est positionnée afin que le respect du droit des femmes – et notamment celui d’être accompagnées et de choisir comment accoucher – soit compatibles avec la lutte contre le coronavirus (1). En France, une équipe de soignants strasbourgeoise a élaboré un protocole afin que la/le partenaire puisse à nouveau être auprès des parturientes (2). Il est actuellement diffusé sur tout le territoire par le Collectif Interassociatif Autour de la Naissance (CIANE).

Nous affirmons notre confiance aux professionnels de santé des maternités et savons qu’ils feront au mieux pour respecter les souhaits des couples tout en s’adaptant à une situation sanitaire exceptionnelle. Si vous trouviez que l’hôpital était l’endroit le plus sécuritaire pour accoucher avant l’épidémie, cela devrait toujours être le cas maintenant.

Anticiper une possible augmentation des accouchements inopinés ou non assistés

Néanmoins, au-delà du problème de l’accompagnant, certaines femmes nous font part de leur refus d’accoucher à l’hôpital du fait de la crainte d’une contamination et du manque de matériel de protection.  Malgré nos mises en garde sur l’accouchement non assisté et notre refus de les accompagner dans un projet d’AAD quand les conditions de suivi ou d’organisation ne sont pas remplies certains couples persistent dans leurs choix. Cela laisse présager une augmentation des accouchements inopinés ou non assistés pour lesquels des sages-femmes pourraient être appelées.

La situation selon les régions étant très inégale et dépend de l’impact de l’épidémie sur le réseau de soin local, nous ne pouvons donc pas prendre un positionnement global. Nous invitons donc chaque sage-femme selon son lieu d’exercice, à s’informer sur la disponibilité des équipes de secours mobiles et sur le positionnement des autorités locales (Agence Régionale de Santé et Réseau Périnataux), pour prendre les décisions les plus appropriées quant au maintien ou non de son activité d’AAD programmés durant le pic épidémique.

Du fait de nos compétences spécifiques en gestion des urgences extrahospitalières, il semble de notre responsabilité d’épauler les services d’urgence si la situation d’une augmentation des accouchements inopinés à domicile venait effectivement à se présenter. Nous encourageons donc nos collègues sages-femmes libérales (accompagnant des AAD ou non), si elles en ont la possibilité, à se mettre en lien avec les pompiers de leur secteur afin de pouvoir se déplacer avec eux pour les accouchements.

Gestion des accouchements à domicile programmés en période épidémique

Dans cette période sanitaire particulière nous attirons l’attention des sages-femmes sur :

  • Leur devoir d’information des couples suivis pour un AAD, notamment sur les difficultés potentielles en cas de transfert urgent dans ce contexte où les équipes de secours mobiles sont sur-sollicitées. Ainsi, le couple pourra faire un choix éclairé concernant le lieu d’accouchement. Cette décision concertée devra être tracée dans le dossier médical.
  • Chacun-e devra vérifier régulièrement – voir avant tout départ pour une naissance – la disponibilité des secours mobiles dans son secteur d’intervention. 
  • Selon le Royal Collège of Obstetricians and Gynaecologists (3) il est conseillé aux femmes enceintes ayant prévu un accouchement à domicile et dont l’infection par le coronavirus est suspecté ou confirmé au moment de la mise en route du travail, de se présenter dans une maternité pour l’accouchement. Cela afin de mettre en place un monitorage continue de l’activité cardiaque du fœtus et un contrôle régulier de la saturation maternelle dans le but de prévenir et anticiper le risque de complications sévères liées à la décompensation de plusieurs organes.
  • Les sages-femmes et les familles devront appliquer les mesures barrières et les recommandations de nos différentes sociétés savantes et notamment celles du Collège National des Sages-Femmes (4) et de la Société Française de Néonatologie (5). Celles du Collège Nationale des Gynécologues Obstétriciens Français (6) ne s’appliquant qu’aux cas suspects ou confirmés dont nous recommandons un transfert en maternité, ne concernent pas les AAD.

Selon l’évolution de la situation et comme nous le montre les autres pays touchés, la place de l’accouchement à domicile est amenée à évoluer. Ce positionnement pourra donc être modifié au besoin selon l’évolution de la situation épidémique et des données probantes.

« Contre le Coronavirus, tous ensemble on est plus forts ! ».

  1. Organisation mondial de la santé. “Questions et réponses sur COVID-19, la grossesse, l’accouchement et l’allaitement” ; 18 mars 2020
  2. Hopitaux Universitaires de Strasbourg ; P. DERUELLE -N. KNEZOVI ; GO-Prise en charge coordonnée avec les sages-femmes libérales des femmes enceintes dans le cadre du COVID-19 ; 20 mars 2020
  3. Royal college of obstetricians and gynaecologists. “Coronavirus (COVID-19) Infection in pregnancy”; 21 mars 2020
  4. Y. Sellier et coll. “Guidelines du CNSF pour la pratique des Sages-Femmes par rapport au risque Covid-19” ; Mars 2020
  5. Société française de néonatologie. “Recommandations de la SFN concernant les nouveaux-nés dans le contexte de l’épidémie à Covid-19”; Mars 2020
  6. Picone et coll. “Prise en charge aux urgences maternité d’une patiente enceinte suspectée ou infectée par le coronavirus (COVID-19)” ; CNGOF ; 17 mars 2020

« Vous avez 50 minutes ? »

Le journal La Croix de ce 14 mars nous invite à découvrir une BD :

Partagez une grossesse

Avec La Naissance en BD, Lucile Gomez dessine un guide joyeux et engagé pour une grossesse plus sereine. Elle redonne la main aux futures mamans et les encourage à faire confiance à leurs capacités innées pour fabriquer et faire grandir les bébés. Un compagnon de choix pour de futurs parents !

Mama éditions, 278 p., 25 €.